1. Créez vos listes d'oeuvres et d'artistes préférés parmi + de 2 millions de références.
  2. Partagez vos goûts, émotions, réactions en cinéma, musique, lecture, médias.
  3. Rencontre des femmes et des hommes qui partagent vos passions.
Je lui envoie
une dédicace
Je l'ajoute
à mes amis
Je lui écris
Je chatte
avec elle
Youtube censuré en turquie
 Youtube censuré en turquie
rediger un nouveau commentaire sur youtube.com
catégorie : critique ou information sur l'oeuvre ou l'artiste
corps du commentaire en taille petitecorps du commentaire en taille moyennecorps du commentaire en taille grandeimprimer ce commentaireenvoyer ce commentaire à un ami
Le site youtube est censuré en Turquie. Cette censure a eu lieu suite à la publication de vidéos ou de commentaires qui ont été considérés comme portant atteinte à la dignité de Mustafa Kemal, dit Atatürk.
Grande admiratrice d'Atatürk moi-même, je suis tout de même très choquée par cette censure. Cherchant à ouvrir des liens youtube postés par une pécécéiste sur l'un de mes commentaires, cette histoire de censure commence sérieusement à m'énerver.
Je passe un coup de fil à une amie et découvre que malgré la censure, des dizaines de milliers de Turcs naviguent quand même chaque jour sur youtube grâce à un système qui s'appelle "ktunnel". C'est une page internet à partir de laquelle on peut braver l'interdiction (Sans cette page, lorsque l'on tape un lien youtube, une page du gouvernement s'affiche informant que l'accès est interdit et on n'a aucune possibilité d'accéder aux contenus). Donc en fait, youtube est officiellement interdit mais officieusement tout-à-fait accessible. Ou les paradoxes de la politique turque!
Partager sur Facebook
réactions : 13
lectures : 3715
votes : 3
Publier sur   Partager sur Facebook  Partager sur Google  Partager sur twitter 
Voici les 13 dernières réactions à ce commentaire
 Date
Titre (cliquez pour lire)
Rédacteur
 30/01/10 à 21h09
Evidemment, dans un monde parfait on pourrait se contenter de se la couler douce.
Mais puisqu'ici, il est question de censure, je disais en substance que j'approuvais cette censure de la Turquie. D'autant plus qu'elle semble aisément contournée.
 30/01/10 à 19h59
point d'opposition sans censure, permettez moi de douter de cela.
Pour la révolution, ben c'est obligé de faire des révolutions ? Dans un monde parfait on pourrait se contenter de profiter, se la couler douce...

Révolutionnaire professionnel, c'est pas une vie !
 30/01/10 à 17h12
Savez-vous si en Chine les personnes qui le souhaitent peuvent détourner la censure?
Ici en Turquie youtube est censuré mais au fond cela n'est pas une réelle censure puisque tout le monde peut quand même consulter youtube et personne ne sera jamais jeté en prison pour cela (heureusement!!). Tout le monde "transgresse" mais le gouvernement s'en fiche complètement.
 30/01/10 à 14h00
Bravo
 30/01/10 à 13h59
Je dirais : la censure est nécessaire, condition de sa transgression et de toute dialectique.
Sans censure, point d'opposition, de réaction, de révolution
 30/01/10 à 13h58
la censure est indissociable de son infraction, Atatürk ou autre thème.
Par ailleurs, je ne suis pas choquée de lire que la Turquie ait censuré Youtube portant des commentaires hostiles à Kamal Atatük qui a fait de la Turquie ce qu'elle est aujourd'hui, pays que j'estime et dont le drapeau est quasi-identique à celui de mon pays natal, la Tunisie - englobé pendant un pan de l'histoire par l'Empire Ottoman.

Malgré le génocide arménien aussi impardonnable que la Shoah, les Turcs ont ouvert leur porte aux Juifs chassés d'Espagne sous l'inquisition.
une impression, ça les définit pas mal
paradoxe
et pourquoi fascinant..
 29/01/10 à 21h35
la censure c'est mal
 29/01/10 à 21h34
youtube, censuré être partout il devrait.
 29/01/10 à 18h43
clairement, votre exemple démontre comment le Net est un vrai champs de bataille pour la liberté d'expression etc.
autre exemple, bien sûr, la Chine
la loi est utilisée d'une manière abusive?
.......innove par son article 9, qui qualifie de délit la contestation de l'existence des crimes contre l'humanité, définis dans le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg, qui ont été commis soit par les membres d'une organisation déclarée criminelle en application de ce statut soit par une personne reconnue coupable de tels crimes. Cet article 9 introduit en effet dans la loi de 1881 sur la liberté de la presse un article 24 bis dont voici le premier alinéa :

"Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l’article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l’article 23, l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale."

il suffit de faire des recherches un peu pointues avec Google sur la seconde guerre mondiale à l'Est et l'écran affiche "page interdite par la loi Gayssot".

C'est pour cela que des travaux remarquables d'historiens américains, bélarusse et ukrainiens ne sont pas lus chez nous.