1. Créez vos listes d'oeuvres et d'artistes préférés parmi + de 2 millions de références.
  2. Partagez vos goûts, émotions, réactions en cinéma, musique, lecture, médias.
  3. Rencontre des femmes et des hommes qui partagent vos passions.
Je lui envoie
une dédicace
Je l'ajoute
à mes amis
Je lui écris
Je chatte
avec elle
Je vais vous embrasser...
 Je vais vous embrasser...
rediger un nouveau commentaire sur Le Festin de Babette
catégorie : tranche de vie
corps du commentaire en taille petitecorps du commentaire en taille moyennecorps du commentaire en taille grandeimprimer ce commentaireenvoyer ce commentaire à un ami
Il s'était enfui.
Avant de partir, il avait mis son couvert à elle et avait posé dans son assiette un feuillet, son dernier texte, disposé entre le couteau et la fourchette.

« Ils s'envoyaient des mots. Des petits mots faits de mots bouts à bouts.
Très vite, elle ne pouvait pas cacher qu'elle avait une langue fleurie. Comme dans les contes, ce qui sortait de sa bouche (par le biais de son ordinateur, tout de même, on n'est plus dans les plis antiques du temps) avait la scintillance discrète des étoiles d'été, le crépitement des prairies en fleur, le fourmillement de chauds désirs. Parfois aussi des incandescences de brasier.
Eux ne voulaient pas sécher en chemin. Ils s'essayaient gauchement, poussivement, mais diligents, à lui renvoyer la balle. Comme ils tiraient la langue en s'appliquant, elle voyait bien, elle, les mots qu'ils avaient sur le bout de la, justement, et qu'ils ne trouvaient jamais.
A mots couverts pourtant, elle leur passait le mot, le mot de passe mais eux prenant le mot pour un autre passaient à un autre mot. Elle aurait voulu qu'ils eussent la langue verte, des pleins champs de mots drus. Eux pensant l'allécher mâchaient leurs mots, suçotaient des mots douçâtres, des mots, des mots démodés, admirant ses mirettes, englués au fond de ses châsses.
Alors terrible, insatisfaite, elle écartait les bras, disait "je vais vous embrasser".
"Avec la langue", elle ajoutait (elle ne savait pas la tenir).
Et sa langue entrait en lice, allait chercher, ramenait en ses bras ce qu'elle attendait d'eux. Elle reprenait ses mots, ceux qu'elle avait glissés au creux de leurs oreilles, mots marrants mariés aux mots rares, marauds mots maraudés, marmoréens murmures émergeant à la marge.
-"Oh l'amie, là, mollo !" : elle arrachait sans barguigner ceux qu'elle leur avait cloués dans la nuque, les effrayants, plantés au sommet de leurs crânes faisant se dresser les cheveux, les forts, ajustés, ferrés, au creux de la poitrine, les doux dont elle avait consolé leurs sexes, ceux qui fouettaient leurs fesses, griffaient leurs jambes, mouillaient leur voix. Elle les reprenait, oui, les jetait, on les voyait danser en l'air rejoints bientôt par le mot chaussette, le mot soutien-, le mot jupe le mot gorge, culotte, slips...jambes enfin.
Sonnaient tout de go des mots chauds, des mots déments déchus incongrus crus, mêlés chuchotés pressés pantelants, mots cassés, désarticulés, atteignant au cri plein de sens, retombant soudain en murmures apaisés, en gazouillis de brise faufilée sous les herbes.
Alors, ses bras se refermaient.
Elle finissait de broyer ces amants trop gauches, les déglutissait méthodiquement, les transformant, eux comblés, ravis, en chair de phrases qu'ils n'avaient jamais su écrire ».
P.

Depuis ce jour funeste, elle avait perdu l'appétit.



Partager sur Facebook
réactions : 21
lectures : 3565
votes : 4
Publier sur   Partager sur Facebook  Partager sur Google  Partager sur twitter 
Voici les 21 dernières réactions à ce commentaire
 Date
Titre (cliquez pour lire)
Rédacteur
 13/01/17 à 17h11
De superbes envolées dans ce texte et une verve portée par le rythme. La rivière des mots coule à flot... Concernant la déglutition (bravo), seriez-vous apparentée mante religieuse ?
 08/01/17 à 15h41
-mais Babette, que vous avez une graaaaande bouche !

-mais c'est pour mieux te manger mon enfant !
Que l'effervescence ne puisse se démoder et se re-mot-d'elle.


http://youtu.be/Ao9Ccprs4QE
 07/01/17 à 09h03
des mots au risque d'un haut le coeur, voire d'une indigestion mais...sans calorie
 06/01/17 à 20h17

J'adore tous ces mots mêlés,ces mots à mots savoureux.
Un vrai délice !
 05/01/17 à 22h18
C'est l'intention qui compte
alors j'ose pas m'exprimer en public
 05/01/17 à 21h49
C'est un bon début...
 05/01/17 à 21h27
j'ai quelques choses à te dire.
"Au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Suisse, un petit baiser sur la joue ou la bouche est appelé un bec "
 05/01/17 à 12h33
en somme, le bec fut cloué

Encore !
 05/01/17 à 08h54
 05/01/17 à 08h52
il en faut pour tous les goûts, c'est ça l'intérêt de pcc, même si la production s'est bien tarie

merci pour le compliment, je transmettrai à P.
 05/01/17 à 08h49
prudent... tu as raison
 05/01/17 à 08h48
à priori, ça devrait s'arrêter là pour quelques mois
 05/01/17 à 07h14
vraiment pas de quoi s'enfuir!
Il est vrai que ce site est moribond ...
Street, t' es fortiche ma biche, c'est l' Énigme qui te le dit et de plus il te bise ...
*****
 04/01/17 à 23h29
un extincteur pour lutter contre les incendies ?
 04/01/17 à 22h56
....j ai la langue chargée. ...rire
 04/01/17 à 22h53
Sprinkler
Quelle verve ! cela fait presque peur...
mais chapeai pour ce texte et sa dynamique dynamite , street