1. Créez vos listes d'oeuvres et d'artistes préférés parmi + de 2 millions de références.
  2. Partagez vos goûts, émotions, réactions en cinéma, musique, lecture, médias.
  3. Rencontre des femmes et des hommes qui partagent vos passions.
Je lui envoie
une dédicace
Je l'ajoute
à mes amis
Je lui écris
Je chatte
avec lui
Ofni complètement barré !
 Ofni complètement barré !
rediger un nouveau commentaire sur Iku (l'orgasme)
catégorie : critique ou information sur l'oeuvre ou l'artiste
corps du commentaire en taille petitecorps du commentaire en taille moyennecorps du commentaire en taille grandeimprimer ce commentaireenvoyer ce commentaire à un ami
"Une séduisante machine, appelée Reiko, accumule le maximum de données sur l'acte sexuel. Lorsque celles-ci sont perdues à cause d'un virus, Reiko va être réinitialisée par un programmeur à la retraite, puis relancée dans le cyberespace afin de les retrouver. La mutante à l'expertise étendue fait voler le coeur des spectateurs dans un vertige pornographique et digital éblouissant." (Allocine)

Les Japonais ont vraiment un imaginaire fantasmagorique complètement déjanté... si vous en doutiez, vous devriez voir "I.K.U. : l'orgasme", film érotique réalisé en 2002 par Shu Lea Chang, et dont je n'ai strictement rien compris !

La société japonaise est confrontée à un défi de taille : sa population vieillissante, et sa dépopulation. Le Japon a l'un des taux de natalité les plus bas de la planète. En moyenne, au Japon, c'est 48 rapports sexuels par an, alors qu'en France on atteint les 120 ! Selon plusieurs sociologues, l'absence de contact physique est bien vu, le contact physique est vu comme une intrusion dans son espace personnel, une agression en quelque sorte. On considère même qu'il y a de plus en plus de Japonais asexués, ni attirés par les hommes, ni attirés par les femmes.

Parallèlement, leurs fantasmes sont les plus déviants et les plus irréels : je pense par exemple au "bondage" où la femme est attachée, et dont il y a une scène consacrée dans "I.K.U. : l'orgasme". Il y a aussi par exemple les pinku eiga, ces mangas érotiques animés ou dessinés que le cadre sup japonais va lire tranquillement dans le métro, sans que cela ne heurte personne ! Outre "L'empire des sens" de Nagisa Oshima que vous avez sans doute quasiment tous vus, je vous invite à voir le très bon "La bête aveugle" de 1969 réalisé par Yasuzo Masumura, où un couple s'aime et s'adore tellement qu'ils vont jusqu'à s'adonner au vampirisme !

Dans "I.K.U. : l'orgasme", point de scènes gore je vous rassure, c'est très psychédélique (spasmophiles s'abstenir !), très explicite, même si l'on a l'impression de se retrouver dans un jeu vidéo. Le Japon, c'est d'abord une société du tout-virtuel, de l'irréel... les Japonais sont certainement le peuple le plus geek du monde, et le peuple qui fabrique les films les plus déjantés... 'I.K.U." en est un parfait exemple !


Partager sur Facebook
réactions : 0
lectures : 50
votes : 1
Publier sur   Partager sur Facebook  Partager sur Google  Partager sur twitter